Pages

La septième fonction du langage, Laurent Binet

La septième fonction du langage, Laurent Binet
Sur la liste des livres de poche établie en septembre dernier, j'ai retiré un ou deux livres pour en ajouter un ou deux autres. Je n'ai pas trouvé Oréo de Fran Ross  et ai renoncé pour l'instant à Christine Angot et Arnaud Le Guilcher. Je me suis laissée tenter par la version illustrée de Charlotte de David Foenkinos  et je viens de commencer La petite femelle de Philippe Jaenada après hésitation avec le dernier Elisabeth George sorti en poche Juste une mauvaise action.

Côté polar, j'ai terminé La fille du train best-seller de Paula Hawkins. Et bof bof...si au début l'intrigue m'a plu, j'ai vite été agacée par le rythme, par les personnages juste effleurés, par le style banal. Bref, je n'en garderai pas un souvenir impérissable.

*

En revanche je me suis réjouie avec La septième fonction du langage de Laurent Binet. On se plonge au milieu de l'intelligentsia parisienne d'hier (l'histoire commence le 25 février 1980). Imaginez rencontrer Michel Foucault, Jacques Derrida, Louis Althusser, Umberto Eco et d'autres. Tout commence avec la mort du sémiologue Roland Barthes. Etre renversé par une camionnette conduite par un chauffeur bulgare au sortir d'un déjeuner avec un candidat à la présidentielle, c'est suspect. Forcément. Jacques Bayard, policier, est chargé de mener l'enquête sur cette mort inattendue. Mais il est perdu dans la sémiologie. Il s'octroie donc les services d'un jeune professeur de l'université de Vincennes Simon Herzog. 
Roman didactique, Laurent Binet et Umberto Eco nous expliquent 1)la sémiologie 2)les six fonctions du langage énoncées par Roman Jakobson 3)ce que pourrait être la septième fonction. Philippe Sollers nous montre, au sacrifice d'une partie de son corps, ce qu'on pourrait faire si on possédait cette septième fonction  et ce qu'on fait en ne la possédant pas...C'est drôle et érudit. Bien sûr quelques passages sont longs et d'autres écrits en italien, mais le tout reste bien enlevé et truffé d'anecdotes. Vous saviez, vous, que Louis Althusser avait étranglé sa femme ? Que Derrida était ami avec Paul de Man et en guerre avec Searle?
Roman (un peu) politique, vue à gauche (Sartre, Foucault...), gauche imparfaite (Mitterrand, Bernard-Henri Lévy...), Bianca (amie italienne de Simon, le thésard de Vincennes)  confesse " sa haine des bourgeois qui accaparent toutes les richesses et affament le peuple. Tu te rends compte, Simon, qu'il y a des bourgeoises qui dépensent des centaines de milliers de lires pour acheter un sac à main. Un sac à main, Simon !". Que les femmes sont futiles !
Que les intellectuels parlent philosophie, histoire, lutte des classes et c'est intéressant, qu'ils parlent des femmes et ça devient franchement bizarre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci :)