Pages

Amazon, E.Leclerc et le libraire

livres de poche
1) Carrément cheesecake 2) L'art du jeu Chad Harbach 3) Les revenants Laura Kasischke
4) Marie Stuart Stefan Zweig 5) Le confident Hélène Grémillon 6) Derrière la haine Barbara Abel

***

Evidemment on arrête pas de taper sur Amazon.
Parce que Amazon paie mal ses impôts.
C'est vrai en France, c'est vrai aux Etats-Unis, c'est vrai dans tous les états de droit.
Amazon profite des failles du système et cache ses bénéfices dans les paradis fiscaux grâce à des montages financiers abracadabrantesques.
Et en plus il parait que, dans les entrepôts Amazon, les conditions de travail ne sont pas jolies jolies...

N'empêche qui a déja testé les services Amazon...doit avouer que le service client, à l'américaine, est pour le moins efficace.
On sait ce qu'ils ont en stock et quand la commande est susceptible d'arriver à la maison. Quand il n'ont pas en stock et qu'on place une option on ne paie qu'à partir du moment où ils envoient la commande et ils envoient vraiment la commande.
J'aime beaucoup leur système liste d'envies que j'utilise comme un mémo. Et j'aime aussi les critiques des internautes qui ont déjà acheté le produit... Et puis il faut aussi parler des 5% et de la livraison gratuite (qui leur coûte un bras mais comme ils ne paient pas bien leurs impôts on ne les plaindra pas). Bien sûr j'aime moins leur e-mail promotionnel quotidien basé sur la surveillance de ma navigation sur leur site (et peut-être sur Google...qui sait...). J'aime moins qu'ils gardent mes coordonnées bancaires...Mais bon...business is business...

Comme il ne faut pas mourir idiot, j'ai décidé de tester aussi le e-service de E. Leclerc. Je commande et paie sur Internet. Le produit n'est pas en stock mais on me promet une livraison gratuite en magasin en fin de semaine suivante avec 5% à la clé. Au final le même prix que si je commande sur Amazon et je passe chercher mon livre en même temps que mon Coca-Cola Zéro. Ceci se passe le 13 août. On m'envoie immédiatement après ma commande un e-mail pour me prévenir que mon livre ne sera en magasin que le 26 août. Bon. Finalement il est là le 19 août.

J'ai aussi essayé le système cross-canal (acheté sur internet, livré en magasin) avec ma librairie locale qui fait aussi 5% de réduction dans ce cas-là et uniquement dans ce cas-là. Pas de souci. 
Sinon j'achète encore des livres directement dans les librairies, plaisir de flâner dans les rayons... Mais je me demande pourquoi il faudrait que je continue coûte que coûte à soutenir les petits libraires...qui sont plus chers (certes ils ne paient pas leurs impôts dans les paradis fiscaux) et pas plus aimables que la vendeuse du E.Leclerc...Surtout quel est désormais leur plus, outre les aspects sociaux (impôts) ? Ils écrivent parfois des petits papiers critiques pour nous guider dans nos choix mais quoi d'autre ? Quand on leur demande un conseil, ils semblent toujours avoir autre chose de plus urgent à faire. Ils organisent de moins en moins de rencontres, lectures avec les auteurs (quand ils en organisent). 

Je ne privilégie aucune voie de distribution en particulier. In fine, je ne sais pas qui gagnera...Amazon sans doute...et peut-être même le livre électronique auquel je ne me suis pas encore convertie...

1 commentaire:

  1. merci pour ce partage :-)

    quand je suis à Lyon, j'achète mes livres en librairies, parce que j'aime l'odeur, flâner, papillonner d'un rayon à l'autre et revenir les bras charger !
    sinon, j'achète parfois sur internet chez Decitre, la FNAC ou Amazon, pour le plaisir de recevoir, comme un cadeau, les livres chez moi ;-)

    bisous

    RépondreSupprimer

Merci :)