Pages

Haute Couture, Printemps-Ete 2011, Jour 3

On aura tout vu a fait défiler des oiseaux noir et blanc. Je crois qu'il devait y avoir des plumes partout... La maison a été fondée au XXème siècle, c'est indiqué sur le logo, ils ont tout de même dû se replonger dans les archives mode des siècles passés car ils savent manier la collerette et la dentelle.




Les premières silhouettes de Franck Sorbier semblent sortir d'un tableau de Jean Michel Basquiat. Elles sont accentuées par la coiffure : des dreadlocks. Viennent ensuite des robes très sobres - un ton seulement - pas de motifs (si chers pourtant dans mes souvenirs à Franck Sorbier). Et puis enfin la robe de mariée lumineuse toute en guipure.





Elie Saab ne déroge pas à ses habitudes. C'est de la couture du soir très classieuse. Il a utilisé ce ton champagne (rosé ou ocre) beaucoup vu, mais aussi le rouge, le gris, le violet, les plis et les imprimés fleuris. Les tissus sont fins donc fluides, drapés, plissés. Et puis aussi, Elie Saab a joué de l'uni. C'est vraiment réussi. Et que les talons hauts sont élégants !





Jean Paul Gaultier a mélangé passé lointain-passé moins lointain. Pour évoquer la couture d'il y a longtemps les mannequins défilaient avec un carton imprimé avec leur numéro de passage. Pour le passé d' il y a moins longtemps, le punk s'est invité dans les cheveux haut dressés. Un défilé rock'n roll, glam donc. Glamour, oui, les filles portaient des lunettes noires et la bouche et les ongles étaient peints en rouge...sang. Voilà pour le falbala. Les coupes des robes et des tailleurs étaient millimétrées et franches. On retrouve l'amour de Jean Paul Gaultier pour les rayures horizontales...aussi. Beaucoup de noir et de jolis imprimés à pois. Pas trop fou, juste très réussi.






Maxime Simoens, c'est le très jeune couturier dont on parle beaucoup parce qu'une ou plusieurs actrice(s) américaine Gossip Girls est/sont venue(s) chercher des robes dans son show room de la rue de montmartre. Bon. Sa collection est effectivement ravissante. Il paraît qu'à Paris on s'est ému d'une robe faîte de chaînes dorées et argentées. J'ai retenu d'autres choses. Vestes. Broderies dorées. Imprimés inventifs, différents.






La maison Rabih Kayrouz propose une couture sportwear, d'une certaine façon. Les filles défient en collant ou en chaussettes. Elles ne sont pas beaucoup maquillées et ne portent pas de bijoux. On dirait, aussi, qu'elles ont emprunté quelques vestes, manteaux ou pantalons au vestiaire masculin. Le créateur n'hésite pas, comme si de rien n'était, à marier le noir et le bleu marine. Comme si ça n'avait pas d'importance. Il ose aussi les couleurs très lumineuses. Il ose de la maille. J'ai beaucoup aimé les grosses ceintures, comme des rubans noués à la taille. Et, puis, au final, je me contredis, c'est très très féminin.





Chez Valentino, on commence avec du blanc. Puis du rose, champagne toujours, puis du marron glacé. Les jeunes filles sont sages. Col claudine, fine ceinture pour marquer la taille, le soir la robe est aérienne...et altière.




C'est donc fini la Haute Couture. Je m'en vais essayer de décrypter tout ça...et donner un point de vue de Paris à Hong Kong. A bientôt @ So French - Elodie Potony - Queen Eco (...pour les anglophones cette fois-ci).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci :)